m-commerce

m-commerce

M-commerce : apparition et évolution

La vulgarisation d’Internet a permis l’apparition de nouveaux supports de communication. Les smartphones et tablettes succèdent en effet désormais à l’ordinateur de bureau, l’ordinateur portable et l’ordinateur de poche. L’arrivée du m-commerce n’est toutefois réellement effective qu’avec l’évolution des réseaux de communication qui passent des protocoles du wap aux réseaux 3G et 4G.

Le m-commerce désigne un nouveau type de commerce en ligne : celui de la téléphonie mobile. Il concerne tous les terminaux mobiles connectés, à savoir les smartphones, les tablettes, les téléphones portables ainsi que les PDA.

Une stratégie globale

Le M-commerce s’inscrit dans une stratégie globale souvent online et offline qui nécessite des savoir-faire complémentaires. MP6 regroupe des experts en stratégie web. De la communication aux différentes formes de référencement et de l’optimisation à l’expérience utilisateurs, nous intégrons dans notre approche transverse la dimension M-commerce pour vous offrir un conseil complet et sur mesure.

Une croissance rapide

La possibilité d’échanger une quantité importante de données en un minimum de temps contribue à la croissance du commerce mobile qui représentait par exemple plus de 51 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013. D’un autre côté, on peut cependant également attribuer l’essor du m-commerce au boom des terminaux mobiles qui deviennent un outil incontournable pour des millions de consommateurs. Quelles que soient la tranche d’âge et l’activité, le smartphone et la tablette sont en effet devenus au moins aussi présents dans les foyers que la télévision.

En France, les experts estiment que la part de trafic générée par le mobile représentera cette année 41 % de l’ensemble du trafic sur Internet. Aux États-Unis, elle est actuellement de 60 % : 6 connexions sur 10 sont issues d’un terminal mobile. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que le m-commerce dans ce pays ait augmenté de 81 % en 2012. Autre facteur du développement du commerce mobile, le coût lié à la connexion revient moins cher sur mobile qu’à l’aide d’une connexion classique. Les consommateurs ont ainsi tendance à privilégier cette solution pour leurs achats en ligne. Depuis quelque temps, la vente de tablettes et de smartphones a donc naturellement dépassé celle des ordinateurs. À terme, le m-commerce pourrait représenter une part plus importante du commerce en ligne que le désormais traditionnel e-commerce.

Le m-commerce dans les habitudes commerciales

Le m-commerce s’est intégré aux habitudes commerciales des consommateurs. Le nombre croissant d’utilisateurs de terminaux mobiles ainsi que l’apparition de différents moyens de paiement y ont d’ailleurs fortement contribué. Les professionnels ont quant à eux su répondre à l’évolution des canaux de vente en utilisant le commerce mobile comme solution de distribution et de communication. McDonald propose par exemple aux consommateurs de commander via leur smartphone, qu’il suffit ensuite de scanner à une borne. De même, Decathlon permet à ses clients d’utiliser leur smartphone en lieu et place de leur carte de fidélité. Celio utilise quant à lui le m-commerce à des fins de communication : lorsque le consommateur est proche d’un magasin, un SMS promotionnel lui est envoyé.

Quelle que soit l’utilisation du m-commerce, les résultats répondent souvent efficacement aux besoins des utilisateurs. Outre la facilité de connexion offerte par le mobile, cette pertinence contribue également à son attrait. Des études ont par ailleurs tenté de déterminer quels étaient les produits les plus achetés via ce canal. Il en ressort que les biens culturels, les billets de train ainsi que l’habillement comptent parmi les transactions les plus courantes en commerce mobile. À noter qu’il n’existe pas encore de disposition spécifique quant au régime juridique du commerce mobile jusqu’aujourd’hui. Le m-commerce est donc régi par les mêmes règles que celles applicables au commerce électronique et aux moyens de paiement en ligne.

M-commerce : quels sont les produits et services ?

Le m-commerce dispose de nombreux produits et services. Le m-banking, qui permet la réalisation d’opérations bancaires via son smartphone ou sa tablette, commence par exemple à se développer en France. Bien qu’initialement conçue pour répondre aux besoins des consommateurs n’ayant généralement pas accès aux banques, cette solution tend à se vulgariser en même temps que le commerce mobile. Le comparateur de prix offre quant à lui la possibilité de disposer d’un comparateur de prix sur son terminal, et ce, à partir d’une localisation géographique donnée. Enfin, la billetterie mobile est également un des nombreux services accessibles grâce au m-commerce. Elle permet la réservation, le paiement ou l’annulation de billets directement depuis son téléphone. Voyages-sncf.com en est le meilleur exemple.

Les possibilités offertes par le commerce mobile ne s’arrêtent cependant pas là puisqu’il est également possible d’utiliser son téléphone en lieu et place de ses cartes de fidélité, ou en alternative aux bons de réduction. Dans ce cas, l’utilisateur bénéficie d’un titre électronique virtuel ou m-coupon délivré à des fins de fidélisation. Le coupon mobile peut toutefois également servir à l’acquisition de clients s’il est proposé en téléchargement ou sur inscription au site de l’éditeur du service. Sur le m-coupon, ce dernier est tenu de mentionner entre autres la valeur de la réduction accordée, le nombre de bénéficiaires, la date de validité du titre ou encore un numéro de sécurité encodé. Enfin, de nombreuses marques proposent leur application pour smartphone dédiée au m-commerce.

Les solutions de paiement en m-commerce

De nombreuses solutions de paiement sont disponibles en m-commerce. Paypal est l’un des outils les plus utilisés et les plus connus ; d’autant plus qu’en France, ce service compte parmi les toutes premières solutions de paiement en ligne. Il compte actuellement 5 millions d’utilisateurs actifs et près de 22 000 sites l’ayant adopté. Après Paypal, on trouve Buyster, né en 2011 de la collaboration entre Atos Origin, Orange, Bouygues et SFR. Buyster permet de payer son achat depuis un terminal connecté, qu’il s’agisse d’une tablette, d’un smartphone ou d’un ordinateur. Il offre également au client la possibilité d’acheter des produits sur Internet. Dans ce cas, celui-ci utilise un code confidentiel qui lui est communiqué au moment de rejoindre le service.

Parmi les autres solutions de paiement en m-commerce, on peut également citer Kwixo et Lemon Way qui sont toutefois moins utilisés que les autres outils précédemment cités. Kwixo a été développé de manière conjointe par Fia-Net, le Crédit Agricole et la banque LCL. Lancé en 2011, il permet d’utiliser un numéro de téléphone ou une adresse email comme identifiant. La carte attachée est ensuite utilisée pour la transaction. Lemon Way a quant à lui été lancé en 2011. L’internaute doit ouvrir un compte sur lemonway.fr pour commencer à l’utiliser. Le compte doit ensuite être approvisionné à l’aide de la carte bancaire. Une fois ces démarches accomplies, les achats peuvent être effectués uniquement grâce à un mot de passe et au numéro de téléphone.